Béton
  • Imprimer
  • Favoris

Tuilage des dalles de béton

Ce document traite du phénomène de tuilage du béton, de ses causes et de la manière de le prévenir.

Comment résoudre les problèmes de tuilage

Le tuilage (c'est-à-dire le cintrage) de dalles de béton se produit en cas d'écart d'humidité ou de température entre le dessus et le dessous de la dalle. Chaque fois que la température ou l'humidité augmente, la dalle se dilate, alors que toute réduction de la température et de l'humidité entraîne sa contraction. Le tuilage se manifeste lorsqu'une surface de la dalle est humide ou chaude et que l'autre est sèche ou froide. Plus le gradient entre le dessus et le dessous de la dalle est élevé, plus grande est la tendance au tuilage.

 

Le tuilage se produit généralement une trentaine de jours après la construction, lorsque l'eau ajoutée pour améliorer la maniabilité du béton a fini de s'évaporer, ce qui entraîne le retrait du béton. Ce retrait se produit au niveau des surfaces exposées, là où le vent et un faible taux d'humidité assèche la dalle. La présence d'un terre-plein mouillé pourrait causer un écart d'humidité important entre les surfaces et exacerber le tuilage vers le haut, se manifestant par le redressement des coins et des bords de la dalle qui, puisqu'elle n'est plus appuyée sur le terre-plein, risque de se fendre lorsqu'une pression y est exercée.

 

Le tuilage vers le bas peut se produire si le dessus de la dalle est exposé à un climat chaud et humide, alors que le dessous est frais et sec. Par exemple, une dalle d'autoroute présente un léger tuilage vers le bas pendant la journée lorsque sa surface supérieure se réchauffe sous l'effet du soleil.

 

Les dalles intérieures qui ne sont pas exposées à de grands écarts climatiques peuvent quand même subir des problèmes de tuilage ou de cintrage. Dans la plupart des cas, les dommages sont plus permanents et plus graves que ceux des dalles extérieures. Le tuilage des dalles intérieures, qui se produit généralement au début de leur vie utile, est habituellement attribuable aux écarts d'humidité entre les surfaces.

 

Si le tuilage se produit au début de la vie utile de la dalle, il est possible d'y remédier. Si le problème provient du fait que le dessus est sec et le dessous, humide, il est possible de le corriger en noyant complètement la surface. Le contrôle de la température de l'eau utilisée peut aussi compenser les écarts de température à l'intérieur de la dalle cintrée. Lorsque la dalle se redresse, généralement après une longue période de mouillage, il faut la scier en petites sections ou appliquer à la surface un scellant capable de maintenir l'équilibre d'humidité.

 

Les meilleures manières de réduire le tuilage, expliquées ci-après, sont de réduire l'écart d'humidité entre le dessus et le dessous de la dalle, de réduire la tendance au retrait du mélange de béton utilisé, et de construire la dalle de façon qu'elle résiste au tuilage.

 

Mesures propres à réduire les écarts d'humidité

  1. S'assurer que la dalle a complètement durci, en particulier dans les premiers stades du durcissement. L'utilisation de composés de durcissement au lieu de l'eau peut réduire la teneur en eau du ciment et les écarts d'humidité.
  2. Réduire la perte d'humidité en surface en appliquant des enduits, des scellants ou des cires.
  3. Utiliser un remblai de roche concassée ou de gravier sous la dalle au lieu d'un pare-vapeur. S'il faut couler le béton sur une membrane imperméable, placer 7,5 cm (3 po) de sable par-dessus la membrane.

 

Mesures propres à réduire le risque de retrait

  1. Ajouter moins d'eau au mélange afin de réduire la quantité d'eau qui s'évaporera.
  2. Réduire la teneur en ciment. Une teneur élevée en ciment risque de causer le retrait superficiel. Le mélange doit quand même présenter le rapport eau/ciment le moins élevé possible et contenir assez de ciment pour procurer la résistance et la durabilité exigées. La PCA (Portland Cement Association) recommande un minimum de 256 kg (564 lb) par 0,76 m³ (1 vg³) et un rapport eau/ciment de 0,45 pour les bétons exposés à des conditions difficiles. 
  3. Éviter les granulats reconnus pour leur potentiel de retrait.
  4. Éviter les adjuvants ou les ingrédients qui risquent d'augmenter le potentiel de retrait au séchage.

 

Mesures de construction propres à réduire le tuilage

  1. Couler des dalles plus épaisses. Les dalles minces ont davantage tendance à se cintrer que les dalles épaisses.
  2. Réduire l'écartement des joints. Les dalles dont les joints sont très espacés ont davantage tendance à se cintrer que celles dont les joints sont rapprochés.
  3. Placer des douilles en travers des joints de dilatation des dalles dont l'épaisseur est supérieure à 15,2 cm (6 po) afin de prévenir les mouvements verticaux.
  4. Renforcer l'ouvrage à l'aide de barres d'armature no 4 dans les deux sens des panneaux, mais pas en travers des joints de dilatation.
  5. Couler des dalles carrées. Les dalles carrées ont moins tendance à se cintrer que les dalles rectangulaires.

 

En résumé, il est possible de réduire le tuilage et le cintrage des dalles en observant de bonnes méthodes de construction et de conception. Il faut prendre les mesures nécessaires pour diminuer les gradients de température et d'humidité à l'intérieur des dalles. Il faut respecter les méthodes recommandées de mise en place, de consolidation, de finition et de durcissement des dalles de béton. S'il y a lieu, prendre les mesures nécessaires pour réduire les effets des conditions susceptibles de favoriser le tuilage et le cintrage des dalles.

Pour obtenir un complément d'information, communiquez avec votre ingénieur des ventes techniques de Lafarge.

  • Imprimer
  • Favoris

Trouvez l’établissement Lafarge le plus proche.

Réseaux sociaux
Lafarge on Facebook Lafarge on Twitter Lafarge on You tube
LafargeHolcim. Cement, aggregates, Concrete.